La Fédération française des métiers de la fourrure regroupe tous les acteurs du secteur de la fourrure, depuis les façonniers jusqu'aux plus importantes maisons de mode et de haute couture, ainsi que des pelletiers, des confectionneurs, des artisans et des distributeurs. Son principal objectif est la défense de la fourrure et de ses professionnels dans un cadre déontologique moderne et dans le respect des valeurs de responsabilité.


La FFMF est représentée par l’association La Fourrure Française qui accueille aussi l'Association française des éleveurs de visons (AFEV) et la Coopérative des éleveurs d'Orylag®. La Fourrure Française est ainsi l’organe essentiel pour défendre la filière tant sur le plan national qu’international, dans le domaine médiatique, économique et politique.

 

          "Une fédération moderne"
 

Par sa déontologie rigoureuse, la FFMF veille à ce que soit préservée une saine concurrence entre confrères. Elle organise la transmission d'un savoir-faire et bénéficie d'une communication transparente avec le public grâce à l’association La Fourrure Française.

  

La fédération conseille et aide ses adhérents ; elle organise pour eux chaque année des stages de formation continue, des prix pour les jeunes créateurs, couvrant tous les aspects du métier. En tant que fédération professionnelle nationale, elle représente la filière devant certaines instances françaises et internationales (Société d'Encouragement aux Métiers d'Art - INMA, Convention Internationale sur le Commerce des Espèces Menacées - CITES, Union Internationale pour la Conservation de la Nature - UICN, U2P Union des Entreprises de proximité...) ainsi que des centrales ouvrières. 


Ses exigences déontologiques vont au-delà du rôle de représentation. Elle veille en particulier à ce que les professionnels du secteur soient pleinement engagés dans une démarche responsable et environnementale. La fédération s’est par ailleurs toujours investie pour la défense du bien-être animal dans les élevages et pour un contrôle efficace de la traçabilité.



          "La fourrure, un enjeu écologique"

La fédération défend l'utilité de la fourrure pour l'environnement. Dans le milieu sauvage, la chasse et le piégeage réglementés par des normes nationales et internationales permettent d’assurer une régulation des espèces animales et ainsi, de faire survivre celles qui disparaîtraient sous l'effet des prédateurs ou, dans le cas des plus prolifiques, des épizooties. Les trappeurs tout comme les chasseurs, participent au maintien d'un écosystème. Seulement 10% des animaux piégés le sont pour la fourrure qui est seule à l'origine du financement des recherches et de l'utilisation de pièges sans cruauté pour 100% des animaux capturés. Certaines fourrures, comme le lapin ou l'agneau proviennent directement des animaux consommés pour leur viande. D'autres fourrures (vison, renard) proviennent d'élevages, où chaque année, grâce au travail et soins des éleveurs, de nombreuses générations d'animaux se développent.

 

En Union européenne, le secteur de la fourrure a construit depuis de nombreuses années des standards de haut niveau et des diffusé des bonnes pratiques pour que les animaux soient élevés dans les meilleures conditions. Les exigences du programme  européen WelFur touchent au bien-être animal, à l’alimentation, à l’utilisation raisonnée de produits vétérinaires, à l’abattage et au recyclage des restes. En encadrant cette activité par une certification, obligatoire d'ici 2020 pour les éleveurs qui souhaitent vendre aux maisons de vente aux enchères européennes - alimentant l’essentiel du marché, la fédération européenne et ses membres deviennent un acteur majeur du secteur de la fourrure dans le monde en exigeant des standards de protection animale et de qualité toujours plus élevés. Par l’intermédiaire de la Fourrure Française, la FFMF est un des ambassadeurs de cette ambition responsable.

 

La fourrure est aussi un matériau naturel. Issue d’élevages qui se sont intégrés depuis longtemps dans une économie circulaire sans déchet, elle n’est transformée que par les mains d’artisans très qualifiés et de spécialistes de la mode. Un travail délicat, traditionnel et exigeant, à mille lieux de la production industrielle. Ces savoir-faire évitent l’utilisation massive de produits chimiques et produisent un vêtement biodégradable, modulable, transmissible sur plusieurs générations. En somme, l’exact inverse de la mode éphémère et jetable ou pire, de la « fausse fourrure », imitation synthétique issue de l’industrie pétrochimique.

 

La fourrure naturelle est donc une matière responsable et durable : un vêtement du XXIème siècle.

La fédération & SES MISSIONS

Les amis de la FÉDÉRATION

FUR NOW

Le film

© 2017 Fédération Française des métiers de la fourrure.