International Business Times

Mary Simon, qui est devenue lundi la première personne autochtone à être nommée gouverneure générale du Canada. Elle s'est battue pour préserver le mode de vie de son peuple, s'opposant au forage pétrolier dans l'Arctique, soutenant la chasse au phoque et défendant la culture inuit.


En tant que chef d'État du Canada et représentante de la reine Elizabeth II dans la nation du Commonwealth, Simon a déclaré que sa nomination marquait "un important pas en avant sur le long chemin vers la réconciliation".


Elle faisait suite aux douloureuses découvertes de plus de 1 000 tombes anonymes dans des pensionnats confessionnels financés par le gouvernement pour assimiler de force la population autochtone du Canada.


Mary Simon, que l'on voit ici en 2009, est la première personne autochtone à être nommée gouverneure générale du Canada et une farouche défenseure du mode de vie de son peuple.




Plus de 4 000 étudiants sont morts de maladie et de négligence, tandis que d'autres ont raconté des abus physiques et sexuels commis par des directeurs et des enseignants qui les ont dépouillés de leur culture et de leur langue.


Simon, vêtu d'un gilet en peau de phoque, faisait partie de plusieurs dirigeants autochtones présents au parlement en 2008 pour les excuses officielles du gouvernement pour ces abus.



"Je suis pleine d'optimisme que cette action du gouvernement du Canada et la générosité des mots choisis pour transmettre ces excuses nous aideront tous à marquer la fin de cette période sombre de notre histoire collective en tant que nation", a-t-elle alors déclaré.


Mary Simon prête serment sous le regard de son mari Whit Fraser, du premier ministre Justin Trudeau et de son épouse Sophie



Mais, a-t-elle ajouté, "ne nous laissons pas bercer par l'impression que lorsque le soleil se lèvera demain matin, la douleur et les cicatrices auront miraculeusement disparu. Ce n'est pas le cas."



Elder Sally Webster allume une lampe à huile de graisse de phoque.




« Je suis honoré, humble et prêt à être le premier gouverneur général autochtone du Canada », a déclaré Simon, dans son premier discours officiel lundi lors d'une cérémonie au Sénat d'Ottawa.


"Je m'efforcerai de jeter des ponts entre les diverses origines et cultures qui reflètent le caractère unique et prometteur de notre grand pays", a-t-elle ajouté.


Née en 1947 à Kangiqsualujjuaq, un hameau de la côte est de la baie d'Ungava, Simon a fréquenté une école de jour semblable aux pensionnats autochtones, avant de décrocher son premier emploi d'animatrice de radio pour le diffuseur public CBC.


À partir des années 1980, elle s'implique activement dans la défense des droits des Inuits et de leurs terres arctiques. En tant que présidente du Conseil circumpolaire inuit (CCI), elle a dénoncé les forages pétroliers et gaziers et autres sources de pollution dans le Grand Nord.


Elle a également fait la promotion de la culture inuite, notamment en applaudissant son prédécesseur pour avoir mangé de la viande de phoque lors d'un voyage officiel dans l'Arctique en solidarité avec les chasseurs inuits luttant contre une interdiction de l'UE sur la vente de produits du phoque.


"L'interdiction des phoques", a-t-elle déclaré à l'époque, "était basée sur les perceptions coloniales de nos pratiques de chasse au phoque".


Simon a apporté le même zèle à Washington pour lutter contre l'ajout d'ours polaires sur la liste des espèces en voie de disparition, affirmant que la restriction de la chasse nuirait aux moyens de subsistance de nombreux Inuits. Le Canada abrite environ la moitié de la population mondiale d'ours polaires.


« L'ours polaire est une préoccupation très importante pour la subsistance, l'économie, la culture, la conservation, la gestion et les droits des Inuits du Canada », a-t-elle déclaré.


Sa nomination au poste de gouverneure générale est largement saluée, mais son manque de maîtrise du français en irrite certains, notamment au Québec.


Simon a déclaré qu'elle s'était engagée à prendre des cours de français pour « diriger les affaires du gouverneur général dans les deux langues officielles du Canada, ainsi qu'en inuktitut, (sa langue maternelle et) l'une des nombreuses langues autochtones parlées à travers le pays ».


https://www.ibtimes.com/canadas-new-governor-general-inuit-advocate-mary-simon-3245239

Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square